[FOCUS COOPÉRATION] Une dynamique globale autour d’un quartier urbain à Lyon : « De la graine à la terre »

[FOCUS COOPÉRATION] Une dynamique globale autour d’un quartier urbain à Lyon : « De la graine à la terre »

Au sein du 8ème arrondissement de Lyon, un système alimentaire durable pour assurer la sécurité alimentaire se développe grâce à l’émergence de différents acteurs autour de l’agriculture urbaine. 

La ville de Lyon a répondu à l’appel à projets « quartiers fertiles » lancé par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) dans l’objectif de lutter contre la précarité grâce à la mise en place d’un système alimentaire durable. Elle a été lauréate avec le projet « De la graine à la terre » qui a pour but de renforcer la dynamique d’agriculture urbaine dans le 8ème arrondissement. En lien avec les acteurs du quartier, le projet a permis de créer la Maison Solidaire de l’Alimentation : tiers-lieu, géré par les associations VRAC (Vers un Réseau d’Achat en Commun) et Récup et Gamelles, qui propose un espace et un accompagnement aux acteurs concernés par l’alimentation durable. Il réunit une épicerie, une cuisine collective, un café-resto ainsi qu’un atelier d’insertion en production traiteur et restauration. L’objectif de la Maison Solidaire de l’Alimentation est de permettre aux habitants d’accéder à une alimentation sûre et durable à des prix accessibles. « De la Graine à la terre » permet d’accroître la coopération des différents acteurs de ce territoire afin de développer une chaîne de valeur en circuit court et ainsi renforcer le système alimentaire durable du 8ème arrondissement.

Accroître la coopération des différents acteurs du territoire afin de développer une chaîne de valeur en circuit court et renforcer le système alimentaire.

L’articulation de différents projets dans le 8e arrondissement

Plusieurs structures viennent en renforcement de la coordination et du lien avec les habitants : la ville de Lyon, la Métropole du Grand Lyon, la Mairie du 8è arrondissement, les bailleurs sociaux (ex : Grand Lyon Habitat), les centres sociaux et les régies de quartier. Elles supervisent ou impulsent l’ensemble de ces projets pour développer un système alimentaire durable. Elles mettent en place une médiation culturelle et sociale afin d’intégrer les habitants aux différents enjeux. L’animation détient une place importante dans les nombreuses initiatives afin d’éduquer à une alimentation saine et durable.


À toutes les étapes de l'écosystème alimentaire, des initiatives peuvent trouver leur place :

  • 8ème cèdre : Cet espace solidaire d’agriculture tisse un lien avec les habitants et de multiples partenaires. Le projet s’articule autour d’une zone de maraîchage urbaine au pied des logements, d’une zone pour la biodiversité et d’un jardin permacole avec un programme pédagogique complet.  
  • Eclos : Jardin collectif, par et pour les habitants, Eclos est situé à côté de la MJC Laennec-Mermoz à l’origine de sa création. Il est aménagé et entretenu par une vingtaine de volontaires qui vont bientôt pouvoir ré-inviter les habitants à partager des ateliers jardinage, des animations, des jeux, des débats...
  • Biomede :  Cette entreprise dépollue les sols par les plantes, notamment sur le site du 8ème cèdre. Elle extrait ainsi des métaux lourds qu’ils cherchent aujourd’hui à valoriser.
  • Des épiceries sociales et solidaires alimentées notamment par la micro-ferme du 8ème cèdre : Epi c’est bon !  est une épicerie et une cantine solidaire qui a pour but de créer du lien social autour de la consommation responsable.  Epicentre est une épicerie qui propose des produits responsables à moindre coût pour les habitants en situation de précarité.
  • La bergerie : Des bergers amènent leurs moutons dans différents espaces verts de la métropole dont le quartier du 8ème. Ils proposent ainsi des animations pédagogiques et vendent des produits issus de l’élevage comme de la viande ou du textile.
  • Des cantines et restaurants solidaires approvisionnés durablementLes Petites Cantines, réseau de cantines de quartier, proposent des repas durables, participatifs et à prix libre. L’objectif est d’inclure et faire se croiser les populations : seniors, familles, etc… La Fabuleuse Cantine, épicerie zéro déchet, propose des plats à emporter bio pasteurisés dans des bocaux en verre réutilisables.
  • Des structures de l’ESS 
    Récup et Gamelle permet aux citoyens et aux acteurs de la chaîne alimentaire de s'engager pour la lutte contre le gaspillage alimentaire grâce à des actions concrètes et participatives.
     VRAC prévoit un groupements d’achats dans les quartiers prioritaires en s’inscrivant dans une consommation responsable.
  • Ecosiag : Ce sont des micro-fermes en aquaponie (culture en symbiose de poissons et de plantes) dans des containers qui ont pour objectif d’apporter une alimentation locale et à moindre coût dans le respect de l’environnement et des cycles écosystémiques.
  • Verticulteurs : Cette microentreprise recycle des contenants usagés de l'industrie agroalimentaire pour les valoriser avec des bio-déchets et alimenter un système original de culture.
  • Eisenia : C’est une plateforme de collecte et de valorisation par lombricompostage des bio-déchets. Elle travaille avec le 8ème cèdre autour du composteur citoyen et fournit du compost aux différents maraichers.

Les bénéfices

L’ensemble des initiatives a pour but de renforcer les liens sociaux tout en promouvant un système alimentaire durable pour tous. Les bénéfices sociaux sont difficiles à évaluer à ce jour. Néanmoins les porteurs de projets constatent une mixité au sein de leur clientèle qui favorise les échanges entres des personnes de divers horizons. De plus, cela permet de favoriser une économie de proximité, et potentiellement créer des emplois localement. Les projets s’imbriquent les uns avec les autres afin de créer une dynamique globale sur le territoire. Les acteurs se réunissent autour de comité de pilotage et comité technique dans un objectif de cohésion territoriale. Afin d’impliquer tous les acteurs, des réunions publiques sont organisées : habitants, conseillers citoyens, acteurs économiques locaux, etc. Ils visent à répondre aux enjeux environnementaux et sociaux du quartier, mais aussi de la Métropole par une réplicabilité déjà observée dans d’autres quartiers (Lyon 7ème, Villeurbanne L’autre Soie, …) .


Chiffres clés

  • 60 000 m2 d’espaces publics à réaménager sur le quartier
  • 22 000 habitants concernés
  • Revenus médians inférieurs à 9600€ annuels par personne
  • Sur la micro-ferme, le modèle 1 hectare = 1 etp conventionnel a été prouvé

Crédit photo : PIXABAY


Source : ECLAIRA - Le Bulletin N°23 / Septembre 2022

Lire en ligne le Bulletin ECLAIRA N°23

Télécharger en PDF le Bulletin ECLAIRA N°23

Lire d'autres articles de ce numéro

Consulter tous les bulletins ECLAIRA

Bulletin édité par le CIRIDD - soutenu par la Région Auvergne-Rhône-Alpes

 Action collective
 Alimentation durable
 Circuits courts
 Coopération territoriale
 Territoire
 Bulletin23
 AURA
 agroalimentaire
 pratique
 résilience

Modérateur

  • Arthur Bonglet

    Community manager

  • Dernière modération le 27/09/2022 - 10:16

    Auteur de la page

  • Arthur Bonglet

    Community manager

  • Dernière modification de l'auteur le 27/09/2022 - 10:09

    Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Action collective
     Alimentation durable
     Circuits courts
     Coopération territoriale
     Territoire
     Bulletin23
     AURA
     agroalimentaire
     pratique
     résilience